Serviteur d’espérance au Maroc

Il y a un an, le diocèse de Rabat au Maroc accueillait son nouvel archevêque, Mgr Cristóbal López. À cette occasion, Vincent Sibout, ancien directeur de Caritas Maroc, nous partageait son regard sur le Maroc. Presque un an jour pour jour après son ordination épiscopale, Mgr Cristóbal va accueillir… le pape François !

Serviteur d’espérance au Maroc. Affiche de la visite papale au Maroc

Affiche de la visite papale au Maroc

Pour son premier voyage au Maghreb, celui-ci a en effet choisi le Maroc, sur l’invitation du roi Mohammed VI et des évêques. Le Maroc compte deux diocèses, celui de Tanger à l’extrémité nord-ouest du pays, où la deuxième langue après l’arabe est l’espagnol, et celui de Rabat qui couvre tout le reste du pays.

Après l’annonce de la visite du pape, lors de la rencontre à l’Institut Al Mowafaqa, Mgr Cristóbal s’exprimait sur cette visite et plus largement sur ce que c’est que d’être chrétien dans un pays musulman, où le prosélytisme n’est pas autorisé, et les conversions au christianisme officiellement interdites.

Le programme de la visite, les 30 et 31 mars 2019, est très serré ! Le thème, François serviteur d’Espérance fait écho à la lettre pastorale de la Conférence épiscopale de la Région Nord de l’Afrique, Serviteurs de l’espérance, publiée en 2014. Le choix a d’ailleurs été fait, selon l’archevêque de Rabat, d’approfondir ce document comme préparation à la visite du pape. Toutes les communautés chrétiennes ont été invitées à travailler avec 7 fiches, qu’une huitième devrait compléter après le passage du pape François.

Ces fiches portent sur :
Qu’est-ce que l’Église ?
Le pape François vient en visite
Caractéristiques du pontificat
Un pape qui bouscule les jeunes !
Serviteurs de l’Espérance
Les franciscains au Maroc au service du dialogue islamo-chrétien
Traduire l’Évangile en actes, la dimension sociale de l’Église

Petite mais dynamique, la communauté chrétienne au Maroc s’engage activement dans la préparation de cette rencontre avec le pape François, que Mgr Cristóbal présente comme une véritable « venue aux périphérie » et une occasion de rendre visible la présence d’une Église qui ne compte qu’environ 30 000 chrétiens, dont les 2/3 sont catholiques, en majorité d’Afrique sub-saharienne, et dont la moyenne d’âge se situe autour de 35 ans.

Mais l’archevêque ne cède pas au pessimisme du nombre ! au contraire, il faut, dit-il, se réjouir de ce que l’on est. Le but, affirme-t-il, n’est pas l’Église, mais le Royaume de Dieu, et elle est un instrument au service du Royaume. La diminution quantitative permet peut-être à l’Église de retrouver son rôle, qui n’est pas d’être au centre, mais de mettre le Royaume au centre. Mgr Cristóbal, qui a vécu comme missionnaire en Amérique latine, insiste sur le fait qu’au Maroc l’Église est peut-être insignifiante, mais que le Royaume y grandit.

Alors, vivre en chrétien dans un pays musulman ? Pour Mgr Cristóbal, c’est vivre une vocation de communion, de présence, et annoncer l’Évangile par sa vie. C’est savoir voir et se réjouir de petites choses : « quand il y a une plante dans le désert, on la voit ! » concluait-il.

Serviteur d’espérance, l’archevêque de Rabat l’est aussi au quotidien pour les chrétiens du Maroc.

Annie Josse
Mars 2019

Lire le dossier de presse de la visite du pape au Maroc et le témoignage d’un marocain chrétien.

 

 

Explication du logo de la visite du pape : 
Une croix et un croissant : la croix chrétienne et le croissant musulman = la dimension de rencontre interreligieuse entre chrétiens et musulmans, la rencontre du pape François et du Commandeur des croyants à Rabat, 800 ans après la rencontre de François d'Assise avec le sultan.
Les couleurs des 2 pays : vert et rouge pour le Maroc, jaune et blanc (le fond) pour le Vatican.
Serviteur d'Espérance : le Saint-Père est Serviteur des Serviteurs de Dieu, mais c'est aussi la reprise du titre de la lettre pastorale de la CERNA remise au pape François lors de la dernière visite ad limina en 2015.
Le nom du Maroc écrit en arabe pour honorer le pays qui l'invite.