Charles de Foucauld au Pakistan

Interview d’Alishbah Javed Akhtar, Fraternité séculière Charles de Foucauld, Sadhoke

 

Le chrétien qui rend visite à ses frères et sœurs chrétiens du Pakistan est surpris de la place que tient la spiritualité de Charles de Foucauld chez les laïcs les plus actifs du pays. En France, les milieux traditionnels/charismatiques ont fait de la spiritualité de l’enfouissement un repoussoir, et un symbole de l’esprit honni de mai 68. Au Pakistan, c’est tout le contraire : Charles de Foucauld et sa spiritualité paraissent très adaptés au pays tel qu’il est devenu. Les prêtres de Jésus-Caritas et les laïcs des fraternités séculières Charles de Foucauld regroupent les éléments les plus actifs de l’Eglise du pays.
On lira ici une interview d’Alishbah, responsable de la Fraternité séculière. Elle réside à Sadhoke dans le centre du pays (province du Penjab).

Charles de Foucauld au Pakistan. P. de Foucauld et Alishbah Javed Akhtar

P. de Foucauld et Alishbah Javed Akhtar

 

Le Centre de formation pour laïcs, TIL

Je travaille à TIL (Theological Institute for Laity : Institut théologique pour les laïcs) depuis novembre 2005. En 2008, j’ai été promue secrétaire exécutif, et en 2017, j’ai été nommée directrice de TIL.

Cette organisation a été fondée en 1989 par le P. Emmanuel Asi et d’autres de ses amis. Auparavant, il n’existait pas d’institut, ou d’institution, pour former les laïcs du pays. Le P. Emmanuel Asi était parti aux USA, à Maryknoll, pour une formation, et c’est là qu’il a conçu ce projet : renforcer les capacités des laïcs du pays, et leur offrir des formations… Nous avions des séminaires pour les futurs prêtres, mais rien pour les laïcs.

Au début, le Secrétariat de cette institution était “mobile”, il se déplaçait au gré des nominations en diverses paroisses du P. Asi. En 1994, ce coin de terre ici, à Sadhoke, pas très loin de la ville de Gujranwala, a été acheté et cela a commencé ici. On trouve ici ce centre de formation TIL, une capacité d’accueil pour une cinquantaine de personnes, des salles, une capacité de restauration, un lieu de prière et méditation. Et aussi un centre de santé et une école. C’est aussi ici qu’on trouve le secrétariat de MAP, une association de laïcs assez active dans le pays[1]. On organise ici des séminaires de formation, on y publie des brochures et livres, en anglais et urdu, on entretient ici les relations avec d’autres mouvements et organismes…

Le slogan, ou le sous-titre de TIL, est : participation, formation et leadership. Il y a évidemment des connections et une synergie entre ce centre de formation TIL et l’association MAP. TIL est en quelque sorte un instrument au service du développement de MAP. Les sessions de formation organisées ici portent sur des sujets variés : formation, sessions bibliques, session pour femmes sur des sujets les concernant… plus récemment on a inauguré des sessions « art et spiritualité ». Nous essayons d’introduire une spiritualité d’Asie, ou une spiritualité pour l’Asie… nous faisons venir des maitres soufi, on traite de nombreuses questions qui sont pertinentes pour l’Asie, dans le but de faire progresser l’humanité…. MAP est souvent le mouvement qui patronne ces sessions. Une fois par an, on organise ici une session nationale pour MAP. Des membres de MAP de diverses villes du pays, des membres des fraternités laïques se retrouvent ici. Y compris ceux qui n’ont guère les moyens de venir ou de se payer logement et nourriture dans un tel centre…

La spiritualité de Charles de Foucauld

Le P. Emmanuel Asi a été très impressionné par Charles de Foucauld, aussi il a essayé d’introduire la spiritualité de Ch. de Foucauld au Pakistan. Et tout ceci, en connexion avec ce centre de formation TIL, avec l’association de laïcs MAP, et des fraternités séculières liées à la famille spirituelle du P. de Foucauld.

Le but central a cependant toujours été la formation des laïcs. Des fraternités laïques ont commencé à exister à partir de 2005. Les connections entre MAP, TIL et les fraternités séculières du P. de Foucauld s’expliquent évidemment par le rôle d’Emmanuel Asi dans la fondation de ces trois mouvements et institutions au Pakistan. Des livres et des traductions ont été publiés, en anglais et en urdu.

Il y a sept groupes rattachés à la spiritualité du P. de Foucauld ici au Pakistan. Et cinq groupes en formation. Deux groupes sont très solides : ils organisent leur réunion mensuelle. Cinq groupes sont dans une phase de préparation à une pleine adhésion…

Les traits principaux de la spiritualité du P. de Foucauld sont les suivants :

Les chrétiens ici n’ont pas tellement d’occasion d’être reliés à un mouvement, un mouvement de laïcs, un mouvement de spiritualité… Les enseignements du P. de Foucauld nous inspirent. La question : comment diffuser l’Evangile, en particulier par nos attitudes plus que par nos paroles… cela nous inspire ici au Pakistan, d’autant que nous sommes une petite minorité dans le pays. La loi sur le blasphème empêche quasiment toute discussion religieuse entre un musulman et un chrétien.

Il faut former les jeunes en tant que minorité dans le pays. Adopter les bonnes attitudes à l’école, dans la société… Le défi consiste à promouvoir la spiritualité du P. de Foucauld auprès des jeunes.

La spiritualité du P. de Foucauld n’est pas vraiment largement diffusée. Mais dans quelques villes, on a un certain succès. Nous devons toujours discuter avec l’évêque et chercher une reconnaissance par l’évêque du lieu. Les évêques savent cela, eux aussi veulent établir une bonne relation avec notre association. Des prêtres amis nous accompagnent. En particulier, ceux qui font partie de la fraternité sacerdotale Jésus-Caritas, qui s’inspire elle-aussi de la spiritualité de Ch. de Foucauld.

Pourquoi les prêtres ne répondent pas toujours favorablement lorsque nous les invitons ? Sans doute parce que les prêtres veulent contrôler tous les mouvements de leur paroisse. Ils se méfient de nous.

Le programme pour les années à venir

Au diocèse de Karachi, nous avons envoyé une lettre à tous les prêtres de paroisse pour leur annoncer notre nouveau programme pour les années à venir : « revisiter les enseignements du FABC[2] ». En général nous avons obtenu un bon accueil dans toutes les paroisses. Pas toutes, seulement certaines. Et là, nous organisons un enseignement. Là où nous n’avons pas obtenu de réponse favorable, nous ne faisons rien. Certains prêtres nous soutiennent, d’autres non.

La plupart des évêques n’aiment pas trop MAP, car ce mouvement n’est pas directement contrôlé par eux. Nous avons un charisme, nous sommes enregistrés, nous suivons nos règles… la plupart des évêques n’aiment pas trop nous soutenir. Ils n’envoient pas toujours une lettre de recommandation, et alors, nous ne pouvons pas obtenir de subventions des agences de financement, ou de développement[3]. C’est un défi pour MAP : ne pas obtenir une lettre de recommandation de l’évêque du lieu, c’est être obligé de renoncer à une subvention de l’étranger.

Pour le moment, MAP n’est pas (encore) enregistré auprès de la conférence des évêques comme une association de fidèles. Pourtant, les évêques savent que nous avons besoin de cette reconnaissance, pour les actions de type humanitaire que nous organisons.

Fraternités de laïcs

Nous sommes membres d’une association internationale[4] qui regroupe toutes les fondations du P. Charles… Je suis la responsable pour le groupe de Faisalabad… Mais le mouvement souhaite s’étendre dans d’autres cités du pays. Je suis responsable dans l’équipe internationale pour étendre le mouvement dans les pays de l’ASEAN…

J’ai été élue comme représentante pour l’Asie dans cette coordination internationale. Dans cette coordination internationale, on y trouve Laurence de la France… et beaucoup d’autres.

Il n’y a pas, il n’y a plus de communauté contemplative catholique dans le pays. La communauté d’hommes (Petits frères de Jésus) a quitté le pays il y a cinq ans. La communauté de religieuses contemplatives, Les Petites Sœurs de l’Evangile, a quitté le pays il y a quatre ans. Il ne reste aujourd’hui que les fraternités laïques, ni petit frère, ni petite sœur… ce sont des laïcs très engagés… et l’association de prêtres Jésus-Caritas qui regroupe des prêtres partageant cette spiritualité.

Nous avons des problèmes pour organiser des réunions nationales, car les gens doivent venir de loin, et payer leur transport… cela est pour beaucoup un problème.

La majorité des membres des fraternités séculières sont des étudiants. Au début, c’était vraiment difficile d’introduire la spiritualité du P. de Foucauld… alors nous avons publié deux livres en urdu, nous avons commencé à travailler cette spiritualité avec les étudiants intéressés… et maintenant, ces anciens étudiants sont des membres très motivés des fraternités. En tout, nous sommes 71 membres de ces fraternités.

D’autres mouvements de laïcs sont assez présents et actifs au Pakistan : Foccolari, le mouvement de Sant Egidio, … Il n’y a pas de compétition entre ces groupes.

Comment expliquer le succès de la spiritualité de Charles de Foucauld ? Elle est très simple, on ne retire aucun avantage matériel de cette appartenance… nous ne sommes que peu de membres, cela n’a pas d’importance, nous ne cherchons pas un grand groupe… c’est la qualité qui importe, et non la quantité… nous avons un groupe de jeunes à Karachi. Il existe aussi un groupe de jeunes lié à la spiritualité franciscaine. C’est sans doute parce que le prêtre de paroisse est franciscain. L’évêque de ce lieu est aussi franciscain.

Je cherche toujours des institutions, des diocèses qui peuvent soutenir MAP, ou soutenir un programme de MAP… ou une publication. Il faut trouver un soutien financier pour garantir nos activités.

La spiritualité du P. de Foucauld nous inspire beaucoup dans ce pays. On ne peut pas parler de religion ici (avec les musulmans). Parler par notre vie, par nos attitudes, cela nous inspire et nous donne de la force et du courage.

 

Interview réalisée à Sadhoke par Antoine Sondag,
août 2018

Sur le sujet, on pourra aussi lire L’Église catholique au Pakistan et  Anila, 20 ans, pakistanaise, étudiante, catholique

[1] Pour une présentation du mouvement MAP. Voir aussi, en anglais, le site web.
[2] Federation of Asian Bishops Conferences : c’est la fédération des conférences épiscopales d’Asie. Comme son nom l’indique, cet organisme regroupe l’ensemble des conférences des évêques d’Asie (sauf la Chine). Fondée en 1971. Au fil des années, le FABC a organisé bon nombre de réunions et a développé un visage asiatique de l’Eglise catholique. En particulier, en mettant l’accent sur le triple dialogue : l’Eglise est invitée à entrer en dialogue avec les cultures d’Asie, avec les religions d’Asie, avec les pauvres. L’ensemble des textes publiés en 40 ans par le FABC constitue un corpus impressionnant. L’équivalent en Europe du FABC est constitué par la COMECE et le CCEE (note de l’interviewer).
[3] Les agences de financement demandent en général une lettre de recommandation de la part de l’évêque du lieu, pour soutenir financièrement un projet (note d’A. Sondag).
[4] Fraternité séculière Charles de Foucauld en France (note d’A. Sondag). L' Association internationale présente dans 46 pays, (noted’A. Sondag)