Navire-hôpital « Papa Francisco »

Le 17 aout 2019, le navire-hôpital « Papa Francisco » quittait le port de Belém, au Brésil, pour fournir assistance médicale et sanitaire aux populations les plus nécessiteuses, en particulier aux peuples indigènes et riverains qui vivent le long des 1 000 km du fleuve Amazone, notamment pendant la pandémie de la COVID-19.

Un navire-hôpital "Papa Francisco" de service et de miséricorde.

Le navire-hôpital « Papa Francisco » à quai sur le fleuve Amazone.

Un navire-hôpital de service et de miséricorde

Ce projet est né des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) qui se sont tenues à Rio de Janeiro, en 2013. Lors de la visite d’un hôpital de la Fraternité de Saint-François d’Assise de la Providence de Jésus, le pape François demande au Frère Francisco Belotti, supérieur franciscain, d’aller soigner les populations d’Amazonie.

« Alors, vous devez partir », lui dit le pape

Un accord avec l’État du Pará qui a alloué les indemnisations versées au titre des dommages moraux collectifs versés par Shell et Basf, suite à un accident environnemental qui avait causé la mort de 60 personnes et d’immenses dommages dans la région de Paulínia (Etat de São Paulo), a rendu possible la construction du bateau par le chantier naval de Fortaleza pour le diocèse de Pará.

Le navire-hôpital « Papa Francisco », qui propose un accueil à la fois spirituel et médical, est équipé de matériel de radiographie, de mammographie, d’électrocardiogrammes, d’une salle d’opération, d’un laboratoire d’analyses, d’une pharmacie, d’une salle de vaccination, de cabinets médicaux, ophtalmologiques et dentaires ainsi que de lits d’hôpitaux. Le Pape François a également soutenu l’initiative en faisant don d’un appareil à ultrasons. La Congrégation des Petites Missionnaires de Marie Immaculée apporte également son aide dans les soins hospitaliers pour accueillir jusqu’à 30 patients simultanément.

Basé à Obidos, en plein cœur de l’Amazonie brésilienne, le bateau-hôpital, sur lequel exerce une vingtaine de professionnels de santé salariés ou volontaires, effectue des campagnes de deux semaines et dessert plus d’un millier de communautés riveraines, soit environ 700 000 personnes. Les habitants des communautés reculées ne sont plus obligés d’aller dans les grandes villes pour trouver un médecin et peuvent être soignés à la maison.

« Ce bateau a déjà réalisé de grands miracles dans la vie de notre peuple fluvial, en apportant santé et espoir », a déclaré frère Joël Sousa, qui fait partie du comité de coordination du bateau, dans une interview pour le site de la Conférence Nationale des Évêques Brésiliens (CNBB). Avant d’ajouter qu’en temps de covid-19, « Nous ne pouvions pas rester en marge de ce combat. Nous nous sommes unis, nous nous sommes réorganisés dans nos services afin de pouvoir aussi lutter ensemble contre la Covid-19 ».

 

Maria Mesquita Castro
Novembre 2020