Le Pape François aux laïcs chiliens : « Sans vous, rien ne peut être fait »

Même si ce n’est pas la première fois qu’un pape s’adresse aux fidèles d’un pays – Benoît XVI avait écrit en 2010 aux Irlandais après une crise du même genre – cela n’en reste pas moins exceptionnel.

Le Pape François aux laïcs chiliens : « Sans vous, rien ne peut être fait »

Après sa rencontre avec les évêques chiliens en mai, suivie de leur démission collective, le pape François vient maintenant de s’adresser aux catholiques du Chili, dans une lettre publiée le 31 mai, intitulée « Au Peuple de Dieu qui chemine au Chili ». Un texte de huit pages, dans lequel il demande à nouveau pardon à toutes les victimes d’abus sexuels, et invite chaque chrétien à participer au nécessaire processus de reconstruction de l’Église au Chili. Il insiste : « Au sein du Peuple de Dieu, il n’y a pas de chrétiens de première, deuxième ou troisième catégories. Votre participation active ne se résume pas à une concession que vous faites volontairement, mais elle est constitutive de la nature ecclésiale ». Face à certaines dérives cléricales, le pape rappelle que c’est tout le Peuple de Dieu qui est appelé à « promouvoir conjointement une transformation ecclésiale qui nous concerne tous ».

Il s’agit de reconnaître que le problème de l’abus, sexuel, de pouvoir ou de conscience, peut-être plus enraciné qu’il n’y paraît à première vue, et que sa résolution dépend de tous. Il rappelle aussi qu’en avril il avait demandé aux évêques d’inviter « tout le saint peuple de Dieu à se mettre en état de prière afin que le Saint-Esprit nous donne la force de ne pas tomber dans la tentation de nous enliser dans des propos dépourvus de sens, dans des diagnostics sophistiqués ou en de vains gestes, qui ne nous permettraient pas d’avoir le courage nécessaire pour faire face à la douleur causée, au visage des victimes et à l’ampleur des événements ».

Et il redira à la fin de la lettre que « faire appel à vous n’est pas une ressource fonctionnelle ou un geste de bonne volonté, au contraire, c’est invoquer l’onction que vous avez en tant que Peuple de Dieu. Avec vous, nous pouvons planifier les étapes nécessaires pour un renouveau et une conversion ecclésiale saine et de long terme. Avec vous, nous pouvons générer la transformation qui plus que nécessaire, devient impérative. Sans vous, rien ne peut être fait. J’exhorte tous les fidèles du saint Peuple de Dieu qui vivent au Chili à ne pas avoir peur de s’impliquer. Je les appelle à avancer, poussés par l’Esprit, à la recherche d’une Église chaque jour plus synodale, prophétique et pleine d’espoir, moins abusive parce qu’elle sait mettre Jésus au centre, en celui qui a faim, en le prisonnier, le migrant et l’abusé ».

Un évêque émérite chilien, Mgr Manuel Donoso, ancien archevêque de La Serena, commente : « un bon accompagnateur nous indique le chemin à suivre, valorise le travail qui a été fait, et nous dit que tous, nous sommes Peuple de Dieu et membres de l’Église ». L’Église qui est au Chili se met sur le chemin de la transformation, avec la participation de tous, dans la vérité et la transparence.

Lettre du Pape aux chrétiens chiliens

Annie Josse (SNMUE)
juin 2018