Le Peuple congolais, debout, attend…

Sauvons le processus électoral 

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), publie à la fin de sa 55e Assemblée Plénière, tenue à Kinshasa du 25 au 29 juin un message.

Peuple congolais. Sauvons le processus électoral.

Intitulé « Sauvons le processus électoral », d’entrée de jeu, il annonce : « Ayant payé de son sang pour l’alternance démocratique, le Peuple congolais, debout, attend impatiemment la tenue des élections le 23 décembre 2018 et non plus au-delà. » Ce nouveau message fait donc explicitement suite au message de juin 2017 : « Le Pays va très mal. Debout, Congolais ! »

Évoquant la situation sociopolitique tendue et les droits humains bafoués, les évêques restent « convaincus que la sortie pacifique de la crise qui sévit dans notre pays, passe nécessairement par l’organisation de bonnes élections ». Celles-ci sont prévues pour décembre 2018. Mais tout en reconnaissant les avancées dans le processus électoral, « notamment : – l’existence d’un fichier électoral, – la mise en œuvre partielle des mesures de décrispation du climat politique et un timide respect de la liberté des manifestations publiques », les évêques font aussi part de leurs inquiétudes quant au respect de la date annoncée pour le scrutin. L’insécurité, notent-ils, pourrait être prétexte à un report.

La RD Congo, affirment-ils, «a besoin de l’alternance, d’un nouveau leadership et d’une nouvelle classe politique qui placent les intérêts des Congolais au centre de toutes les préoccupations politiques

Le message de la CENCO, après un regard sur le processus électoral, se conclut par une série de recommandations adressées au Chef de l’État, au peuple congolais, aux jeunes, aux parlementaires, au gouvernement, à la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante), aux acteurs politiques à la société civile, ainsi que par une demande à la communauté internationale : « poursuivre l’accompagnement du processus électoral et placer l’intérêt supérieur du Peuple congolais au centre des négociations diplomatiques ». Les évêques invitent finalement à la vigilance de la prière « pour la sauvegarde du processus électoral ».

Sauvons le processus électoral

Annie Josse
SNMUE

Sur le même sujet, on lira aussi : Congo RD : s’engager pour la transition démocratique ! et Pour la paix en République Démocratique du Congo.