RCA : À qui profitent les violences contre l’Église ?

« Ma vie nul ne la prend mais c’est moi qui la donne »

Bambari en RCA

La Conférence épiscopale de Centrafrique se pose cette question à la fin d’un communiqué publié le 30 juin, dans lequel elle dénonce l’assassinat par des membres d’un groupe armé de l’abbé Firmin Gbagoua, vicaire général du diocèse de Bambari. L’abbé Firmin avait déjà été attaqué en mai, et il a été tué par balle le 29 juin au presbytère de la cathédrale. Selon Mgr Nestor Désiré Nongo-Aziagbia, vice-président des évêques de Centrafrique, il s’agit clairement d’un assassinat ciblé envers ceux qui dénoncent les groupes armés. « On sait bien que dans le message, on a été clair. On a accusé l’UPC[1] au niveau de la ville de Bambari ». L’abbé Firmin était l’un des acteurs de la recherche du dialogue entre les communautés impliquées dans les violences. Avant lui, le 1er mai, l’abbé Albert Tungumale-Baba était assassiné avec des fidèles à la paroisse Notre-Dame de Fatima à Bangui ; en mars et dans le même diocèse de Bambari, l’abbé Joseph-Désiré Angbabata était lui aussi tué avec d’autres chrétiens. La ville de Bambari, deuxième plus grande ville du pays occupe une place stratégique dans la mesure où elle est le point de convergence de routes permettant le contrôle des ressources du pays. Elle est aussi le symbole du retour de l’autorité de l’État puisqu’elle avait été déclarée en 2017 ville sans groupes armés. On voit avec ce nouvel assassinat qu’en réalité ni l’État ni la Minusca[2] n’arrivent à reprendre le contrôle du pays.

Pour comprendre la situation de la Centrafrique, on peut relire l’ intervention du Père Joseph Tanga-Koti, secrétaire général de la conférence épiscopale centrafricaine, lors de la Journée Afrique du 11 juin dernier.

Communiqué de la Conférence Episcopale CentrAfricaine

Annie Josse
SNMUE

Sur le même sujet, on lira aussi : République de Centre Afrique : contre la lassitude, contre l’accoutumance à la violence ! et Nouvelles de la République de Centre Afrique

[1] Union pour la Paix en Centrafrique, ex-Sélékas (coalition ethnique à coloration religieuse musulmane)
[2] Mission des Nations unies en République centrafricaine