Promouvoir le développement : et donc, soutenir les organisations de femmes !

La place centrale des femmes dans les projets de développement est bien connue. Par les agences et banques de développement.

Promouvoir le développement : et donc, soutenir les organisations de femmes !

Promouvoir le développement : et donc, soutenir les organisations de femmes !

Si l’on veut lutter contre la faim et la malnutrition dans les familles, il faut surtout augmenter le revenu gagné ou géré par la mère de la famille. Si on veut augmenter la fréquentation de l’école par les petits garçons et plus encore les petites filles, il faut augmenter les revenus disponibles de la mère. L’expérience des bolsas au Brésil, mise en place durant la présidence Lula suffit amplement à illustrer ce que les spécialistes ont mis en lumière. Il suffira de citer ici les travaux d’Esther Duflo (par exemple, Repenser la pauvreté, Seuil). Des ressources additionnelles pour les mères profitent à l’éducation et à l’accès à la santé des autres membres de la famille. L’expérience du micro-crédit va dans le même sens. On sait que les femmes remboursent mieux.

L’article qu’on lira dans ce numéro de la revue Développement et Civilisations (qui se trouve ici en pièce jointe) ajoute une dimension inédite à cette « préférence pour les femmes ». Un volet sécurité. Les femmes (organisées) jouent un rôle positif pour améliorer la sécurité pour elles-mêmes, pour leur famille, pour leur communauté locale. Voilà qui est contre-intuitif. S’il est un domaine dont on peut penser -a priori- que les femmes en sont plus éloignées que les hommes, c’est bien celui de la sécurité, face aux voleurs, aux violeurs ou face à des groupes armés non étatiques qui asservissent une population. On lira le témoignage ci-dessous en pièce jointe pour mieux comprendre comment il en est ainsi.

C’est le mérite de telles monographies sur des exemples concrets de développement local que de nous permettre de comprendre pourquoi et comment on peut parvenir à une vie plus humaine, même au milieu d’une ville occupée par ce qui parait la figure même de l’inhumanité.

Antoine Sondag
Février 2018

Dans Gao occupée par des groupes armés islamistes !

On pourra s’abonner gratuitement à la revue Développement et Civilisations, servie sous forme électronique, par un mail à : contact@rieh.org