Journée Afrique 2019 : les contributions

Le 24 juin 2019 se tenait la deuxième édition de la Journée Afrique organisée par le Service national de la Mission universelle. Sur le thème « Le paysage religieux africain : du nouveau ? », elle a rassemblé une cinquantaine de personnes, liées d’une façon ou d’une autre à un ou des pays d’Afrique, par la naissance, la mission, l’amitié, etc…

DSC05442

Après un accueil par Christine Naline, secrétaire générale adjointe, qui a souligné le fait que dans la Maison des Évêques, la première tribune se composait de trois femmes, la problématique de la journée a été présentée par Annie Josse, du Service national de la Mission universelle. Rappelant l’actualité souvent violente dans un certain nombre de pays d’Afrique, elle a précisé que les conflits – intercommunautaires, religieux, sociaux, fonciers – qui montrent la détérioration du vivre ensemble dans certaines régions peuvent être instrumentalisés, récupérés par les groupes armés, par les vendeurs et trafiquants d’armes, par les politiques. Elle indique également que l’Afrique, qui montrait jusqu’à présent une certaine stabilité dans la répartition des grandes masses, notamment entre les espaces islamisés et christianisés, est en train de changer : les migrations, l’urbanisation, modifient cette répartition, en même temps que l’inventivité du religieux, tant chez les chrétiens que chez les musulmans, fait éclater les cadres des religions institutionnalisées.

La journée Afrique 2019. Répartition religieuse en Afrique

Coexistence des religions en Afrique

La parole est ensuite donnée à Marie Miran-Guyon. Maître de conférences à l’EHESS et à l’lnstitut des mondes africains (IMAF), elle est historienne et anthropologue, spécialiste de l’étude de l’islam et du fait religieux en Côte d’Ivoire. Son intervention :Qui parle au nom de l’islam ? Fragmentation de l’autorité religieuse et pluralité des mouvements musulmans en Afrique subsaharienne, est suivie d’un temps d’échange avec les participants.

La deuxième intervention : Évangéliques, pentecôtistes et Églises de réveil : diversité d’un dynamisme chrétien en Afrique subsaharienne, est à la charge du père Michel Mallèvre, dominicain, ancien directeur du Service national pour l’Unité des chrétiens, qui a auparavant travaillé pendant 17 ans en Afrique centrale. Il est président de l’Association francophone œcuménique de missiologie et enseigne à l’Institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa (Rabat). Son intervention, elle aussi suivie d’un échange avec la salle, sera prochainement disponible.

Après le repas, moment plus informel de rencontre entre les participants, c’est au tour du père Paulin Poucouta de prendre la parole, pour nous parler des défis pour l’Église catholique en Afrique. Prêtre du diocèse de Pointe-Noire au Congo, bibliste et ancien professeur à l’Université Catholique d’Afrique Centrale à Yaoundé, Paulin Poucouta est actuellement prêtre coopérateur dans le diocèse de Créteil.

Vient le temps de regarder autour de nous : Et ici en France ? Jaklin Pavilla, ancienne directrice adjointe du Service national de la pastorale des migrants, où elle était chargée des aumôneries catholiques de la migration, nous donne le témoignage de son expérience multiforme : à partir de ses contacts avec les communautés chrétiennes africaines, mais aussi de sa charge de 1ere adjointe au maire de Saint-Denis, elle nous parle de la relation à l’islam, avec ses joies et ses difficultés.

Antoine Sondag, directeur du Service national de la Mission universelle, propose une synthèse de cette journée riche en découvertes et en questionnement. Véritable vaccin contre les stéréotypes et les préjugés, les interventions nous ont présenté des réalités complexes et nuancées, mouvantes également. Ceci nous met en garde contre la tentation de réifier, puisque tout bouge, et que cela se passe sous nos yeux.

Les intervenants nous ont parlé d’une pluralisation du phénomène religieux, passant parfois par une concurrence des religions, passant souvent par l’émancipation des jeunes et des femmes. Enfin, conclut Antoine Sondag, tout ceci agit comme un boomerang. Les questions africaines sont aussi des questions françaises, et les questions françaises sont aussi des questions africaines. Autrement dit, les questions que nous nous posons sur l’Afrique disent quelque chose de nous-mêmes. De même, les diasporas africaines ont une influence à la fois sur ce qui se passe dans leur pays d’origine et sur l’évolution des Églises en France.

La journée était terminée, mais les échanges se sont prolongés autour d’un verre de l’amitié ensoleillé, dans le jardin de la maison.

Annie Josse
Juillet 2019

Pour aller plus loin, quelques titres proposés par les intervenant :

 Au sujet du pentecôtisme, églises évangéliques et de réveil :
- Spiritus n° 216 (2014)
- Istina t. 63 (2018) "Les Églises dans une Afrique en mutation"
- S. Fancello, Les aventuriers du pentecôtisme ghanéen, Paris, Karthala, 2006.
- PJ Laurent, Les pentecôtistes au Burkina-Faso, Paris, Karthala, 2009.
- S. Démart, Les territoires de la délivrance, Paris, Karthala, 2017. 
- S. Batibonak, Le discours anti-sorcellerie dans les pentecôtismes camerounais, Paris, L'Harmattan, 2017.
- A. Gusman, Pentecôtistes en Ouganda, Paris, Karthala, 2018.
Au sujet des mouvements islamiques :
- M-A Pérouse de Montclos, L'Afrique, nouvelle frontière du djihad ?, Paris, La Découverte, 2018.
- J-P Dozon et G Holder (eds.), Les politiques de l'islam en Afrique, Paris, Karthala, 2018.
- R. Marchal, Z. Ould Ahmed Salem (coord.), Politique africaine N°149. Radicalisations, science et politique, Paris, Karthala, 2018.
- A. Seck, M. Kaag, C. Guèye, A. S. Fall, (éd.), État, Sociétés et Islam au Sénégal, Paris, Karthala, 2015.
- M. Miran-Guyon, Guerres mystiques en Côte d'Ivoire, Religion, patriotisme, violence (2002-2013), Paris, Karthala, 20
- Comprendre Boko Haram, Afrique contemporaine 2015/3 (n° 255)
-  États réformateurs et éducation arabo-islamique en Afrique, Afrique contemporaine 2016/1 (n° 257)
Au sujet de l’Église catholique :
- C. Becker, J. Lopis-Sylla Jeanne, A-R. Ndiaye, 50 ans après Vatican II. L’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop : le dialogue des religions et les défis du temps présent, Paris, Présence Africaine 195-196, 2019.
- M. Cheza (éd.), Le deuxième synode africain Réconciliation, Justice et Paix, Paris, Karthala, 2013.
- Collectif, Qu’arrive-t-il à l’Église aujourd’hui ? Bruxelles, Lumen Vitae, 2011.
- T-M. Courau, P. Diarra (éd.), Les pays africains entre violence, espoir et reconstruction. L’action des chrétiens et des Églises, Paris, Karthala, 2011.
- H. Derroitte, F. Yumba (éd.), L'Église d'Afrique face aux enjeux de la justice et de la paix. Les leçons du deuxième synode africain, Paris, Karthala, 2015.
- E. Messi Metogo, Dieu peut-il mourir en Afrique ?, Paris, Karthala, 1997.
- P. Poucouta, Quand la Parole de Dieu visite l’Afrique. Lecture plurielle de la Parole de Dieu, Paris, Karthala, 2011.
- P. Poucouta, G. Ogui, P. Diarra (éd.), Les défis du vivre-ensemble au XXIe siècle. Contributions à l’occasion des 15 ans de l'Université catholique d’Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, 2016.
- Les nouveaux christianismes en Afrique, Afrique contemporaine 2014/4 (n° 252)