Session Bienvenue 2018 : compte-rendu

La session s’est tenue à l’Ermitage de Lisieux, lieu propice pour prendre un peu de recul et se plonger dans la spiritualité de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. La session a regroupé 19 participants, 5 hommes, prêtre et religieux-frères, et 14 femmes, toutes religieuses. La médiane de l’âge est de 78 ans (la moitié des participants a plus de 78 ans, et l’autre moitié moins). Cela va de 63 ans à … 93 ans. Le nombre d’années passées à l’étranger varie de 8 ans à 55 ans, avec une médiane de 32 ans (la moitié des participants a passé plus de 32 ans à l’étranger). Six personnes revenaient d’Amérique latine, une d’Algérie, et 12 d’Afrique sub-saharienne.

 

Les participants de la session Bienvenue, Lisieux, novembre 2018

Les participants de la session Bienvenue, Lisieux, novembre 2018

 

Programme de la session

 

Contenu et interventions

La lundi, les participants ont fait connaissance. Occasion de se remémorer les années passées à l’étranger et de répondre à la question : en quoi ces années ont-elles été missionnaires ?

Le mardi, Sœur Colette Bence a animé la journée. Elle s’est appuyée sur une méditation du texte de la Samaritaine pour introduire des attitudes utiles pour la mission. La reconnaissance, l’écoute… Elle a voulu inciter à rendre grâce pour les années passées hors de France. L’après-midi, elle a ouvert des pistes pour la mission à vivre dans une France et une Église de France qui ont beaucoup changé (depuis le départ de France). On lira le texte de ses exposés ici :

Nouvelle étape pour la Mission

 

Le mercredi matin, Mgr J. Cl. Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux est venu présenter son diocèse (qui est le diocèse qui nous accueillait). Avec ses options missionnaires. Et ses questions d’évêque sur l’évolution de l’Église de France, ses prêtres étrangers, nombreux dans la pastorale, l’avenir…

Le mercredi après-midi était consacré à un parcours thérésien à Lisieux. Qui se termine par la prière des Vêpres au Carmel avec les religieuses. Et un film sur la vie de Thérèse le soir.

Le jeudi, Michel Fournier a présenté les relations toujours compliquées entre L’État, la société et L’Église en France. Ce type de débat soulève inévitablement la question de l’islam en France, sa capacité ou sa volonté de s’insérer dans une société séculière et face à un État laïc.

Le jeudi après-midi, Sœur Marie Odile Bizot a présenté la situation de la jeunesse en France, aussi bien la jeunesse en général que les jeunes en Église. Occasion de souligner que les jeunes d’aujourd’hui constituent des classes d’âge où moins de la moitié d’une classe d’âge sont baptisés. Cela ouvre de nouveaux champs à la mission.

Le vendredi, Antoine Sondag a conclu la session en soulignant les attitudes adaptées au nouvel état de vie des missionnaires de retour qui se préparent à leur nouvelle mission en France : présence, écoute, accueil, témoignage… Ce ministère est en particulier adapté aux zones difficiles du pays, celles que l’administration appelle « Zones à urbanisation sensible », ces ZUS appelées aujourd’hui Quartiers prioritaires de la politique de la ville, et qui regroupent 7,5 millions d’habitants. Beaucoup de religieuses de retour de mission vont être envoyées … en mission dans de tels quartiers.

Les repas ont été pris en commun avec les participants de la session Welcome (32 prêtres étrangers venus récemment en mission pastorale en France), de même que les temps liturgiques ont été célébrés en commun.

Évaluation

Synthèse des évaluations faites de la session

 

Antoine Sondag
Novembre 2018