RCA : des temps nouveaux ?

Conférence épiscopale centrafricaine

Conférence épiscopale centrafricaine

Les évêques de la République Centrafricaine (RCA) viennent de terminer leur Assemblée plénière à Bangui. Ils appellent certes de leurs vœux ces « temps nouveaux » qui sont loin d’être une réalité dans les temps « sombres » que traverse le pays. La Conférence épiscopale reconnait que « la vie de nos populations dans de nombreuses préfectures n’a pas grandement changé en matière de justice, de dialogue et de réconciliation » et dresse une liste, malheureusement sans doute pas exhaustive, des nombreux maux qui accablent la population. Une bonne partie du pays, tenue par des groupes armés, échappe à l’autorité de l’État, la sécurité n’est pas assurée, l’éducation et la santé manquent de personnel, certaines des forces de l’ONU ne sont pas efficaces. Tableau sombre mais aussi mise en évidence de lueurs d’espoir qui se font jour : les élections qui ont porté au pouvoir le président Faustin Archange Touadéra se sont déroulées sans violence, la reconstruction est amorcée, l’autorité de l’État se remet peu à peu en place… Les évêques invitent non pas un seul parti ou un seul groupe religieux, mais « toutes et tous [à] privilégier un dialogue sincère et une réconciliation authentique », pour résoudre les conflits et avancer vers la paix. « Toutes et tous », familles, jeunes, hommes politiques, journalistes, groupes armés, communauté internationale, agents pastoraux, sont interpellés pour que véritablement viennent « les temps nouveaux, temps de dialogue et de pardon, de réconciliation et de reconstruction dans la vérité, de justice et de paix ».

Message des évêques