Une visitation d’Eglise par une délégation du diocèse de Salzburg

Une petite délégation du diocèse de Salzburg (Autriche) est venue en France. Composée de 14 personnes, toutes à plein temps dans un service d’Eglise. Sept hommes, sept femmes. Deux curés de paroisse, 12 laïcs en mission pastorale, dont deux religieuses. Sur ces 14 personnes, 9 sont en service paroissial, 4 travaillent dans des services diocésains, et une en aumônerie universitaire.

Interview minute de Christa Baich, participante à la visite (par Antoine Sondag).

Q Quel a été le programme de la visite ?

Nous sommes restés 6 jours en France.
A notre programme de visite, il y avait : un passage à la Conférence des Evêques (entretien avec le secrétaire général et la directrice pastorale jeunesse) ; visite du quartier d’affaires de La Défense (église de la Pentecôte) ; visite de Créteil (nouvelle cathédrale), visite d’Evry ; entretien à la Mission de France ; rencontre à la Fraternité de Jérusalem ; visite de la Catho ; et des entretiens avec des religieux/ses, autour d’initiatives pastorales (auberge de jeunesse catholique ; solidarité SDF ; maraude en direction de prostituées…) ; autour d’un synode diocésain…
Pour des raisons pratiques, nous sommes restés en région parisienne (Paris et diocèses de la banlieue).

Q Quels étaient les objectifs de cette visite ?

Les objectifs de nos visites étaient de connaitre les initiatives et projets pastoraux de l’Eglise de France. Dans une société plus sécularisée que la nôtre. Et d’apprendre ainsi quelque chose pour nous. De nous laisser stimuler par les réponses diverses, et parfois un peu surprenantes pour nous, de l’Eglise face aux nouvelles situations de la foi et de l’annonce de l’Evangile.

Eglise-DefenseQ Y a-t-il eu une préparation pour cette visite ?

Nous avons déjà fait de telles visites à Vienne-Autriche et à Munich, mais ce n’était qu’en partie les mêmes participants.

Q Vos objectifs ont-ils été atteints ?

Dans tous les cas, OUI. Nous avons eu une évaluation très positive de la part des participants, en particulier sur cette manière d’apprendre…

Q La plus grande découverte ou surprise pendant cette visite ?

Qu’il n’est pas possible de réduire à rien la foi, même dans une Eglise avec peu d’argent, peu de prêtres, peu d’assistants pastoraux[1] et peu de paroisses… L’augmentation du nombre des baptêmes d’adultes, la construction de cathédrales… La petite église avec une grosse cloche au milieu des tours de La Défense !

Q A votre avis, quel est un aspect positif de l’Eglise en France ?

Voir ci-dessus. Un grand engagement des laïcs. Dans certains projets que nous avons vus, la liturgie, et parfois l’annonce de la foi sont étroitement liées à un engagement social.

Q A votre avis, quels sont les plus grands défis de l’Eglise en France ?

Il y a peut-être un risque de fondamentalisme catholique, peut-être une droitisation, ou une polarisation à l’intérieur de l’Eglise catholique ? Danger, que les catholiques ne bâtissent une société parallèle ?
Malgré l’engagement des laïcs, un risque clérical ?
Ce ne sont que des premières impressions, une évaluation réaliste ne peut se faire avec sureté en si peu de jours.

Q Grâce à un effet miroir (l’Eglise de Salzburg dans le miroir de l’Eglise de France) qu’avez-vous appris sur l’Eglise de Salzburg ?

Nous sommes trop concentrés sur les paroisses, les structures, l’argent et les assistants pastoraux professionnels !
Nous ne devrions pas avoir peur des changements !
Les mots importants du vocabulaire de l’Eglise que nous retenons : accueil, laïcité, présence, proposer la foi…

Q Si vous deviez préparer une visite du diocèse de Salzburg pour une délégation française, que voudriez-vous leur montrer ?

« Partager la pauvreté » : un projet à Mülln.
Des institutions de la Caritas[2], par exemple un accueil pour des Roms.
Une paroisse « normale ».
Un mouvement charismatique de jeunes : Loretto…
Il faudrait encore réfléchir à ce point !!!

Q Quels mots utiliseriez-vous pour décrire une telle visite : visite culturelle, tourisme spirituel, visite de solidarité, visitation, un autre mot ?

Nous étions des « éclaireurs »… voir le livre des Nombres chap. 13.

Q Une réponse à une question qui n’a pas été posée…

Les chrétiennes et chrétiens qui nous ont accueillis étaient incroyablement aimables et généreux ! Merci.
PS : Une telle visite n’a été possible que par le travail de préparation et de médiation (pas seulement linguistique) de Sr Marlène, autrichienne, moniale de la Fraternité de Jérusalem à Paris, qui connait son pays l’Autriche, et la France où elle vit depuis des années… On peut lire entre les lignes de cette interview l’importance d’un tel médiateur : qui connait les deux sociétés, les deux Eglises… et les deux langues. Et qui sait ce qu’il est pertinent de visiter, et connait les personnes pertinentes à interviewer !

[1] Assistants pastoraux : ce sont des laïcs, diplômés en théologie, à plein temps dans un service pastoral. Payés. Equivalent de LEME
[2] Caritas : le nom en Autriche du Secours Catholique.