Missions Etrangères de Paris : revisiter la mission !

Depuis la fondation en 1658, les prêtres de la Société des Missions Etrangères de Paris (MEP) se consacrent à l’annonce de l’Evangile en Asie et dans l’Océan indien. Cette annonce prend des formes variées : activités pastorales, construction d’écoles, de séminaires, d’églises, de dispensaires et d’hôpitaux… 

Missions Etrangères de Paris : revisiter la mission

Maison des Missions Étrangères de Paris – Paris

 

Depuis la fondation en 1658, les prêtres de la Société des Missions Etrangères de Paris (MEP) se consacrent à l’annonce de l’Evangile en Asie et dans l’Océan indien. Cette annonce prend des formes variées : activités pastorales, construction d’écoles, de séminaires, d’églises, de dispensaires et d’hôpitaux… cela suppose l’apprentissage préalable des langues… cela implique également le dialogue interreligieux, et de nombreuses autres initiatives…
Les membres de la Société MEP se réunissent tous les six ans en Assemblée générale. On fixe le cap pour les six années à venir. … en 2016, dernière AG, les principaux piliers de la mission MEP ont été revisités : les dimensions ad vitam (à vie), ad extra (en dehors de son pays), ad gentes (vers les non chrétiens) auxquelles s’est ajoutée la dimension cum Ecclesia (avec l’Eglise).

Ad extra

La diminution du nombre de prêtres en Europe pourrait laisser penser que la mission doive désormais s’orienter vers le vieux continent. … Aller au-delà de nos frontières peut contribuer à nous dynamiser là où nous sommes. L’élan des uns entraine les autres et ouvre notre regard sur le monde…

Plus qu’en un déplacement géographique, cet « ailleurs » consiste en une véritable sortie de toutes les habitudes et sécurités. C’est donc un appel à sortir de son pays, mais également à sortir de soi-même, à dépasser les horizons individuels.

Ad vitam

Certains passeront toute leur vie dans un seul pays, alors que d’autres pourront être rappelés en France pour un service de la Société MEP ou bien rentreront pour des raisons de santé ou pour prendre leur retraite…

Cette disposition intérieure ad vitam s’enracine dans une spiritualité de l’incardination vécue dans chacun des pays pour demeurer dans un peuple et dans une Eglise particulière. ..Les missionnaires souhaitent s’enraciner dans une nouvelle terre et un nouveau peuple : la vie missionnaire commence par de longues années d’apprentissage d’une ou plusieurs langues. … Cette alliance se traduit au quotidien par une vie commune faite de choses simples.

Ad gentes

Cet aspect ad gentes prend une force considérable sur le continent asiatique où, à plus de 90%, la population est composée de non chrétiens…  Le décret conciliaire repris par les constitutions MEP affirme que la première des œuvres missionnaires est « la proclamation de l’Evangile et un témoignage de vie chrétienne parmi les non chrétiens »…. « L’Eglise ne grandit pas par prosélytisme  mais par attraction[1] » Notre première tâche auprès des non-chrétiens est de témoigner de l’amour de Jésus et la proximité du Royaume…

Il s’agit donc de se mettre en situation de recevoir de l’autre… Cette vulnérabilité est facilitée par la liberté que procure la condition d’étranger…

Notre assemblée générale a mis en lumière une autre qualité de la mission ad gentes : la bienveillance. … la lutte pour la justice et le respect de la dignité de tous, particulièrement des plus pauvres est une composante essentielle de la mission ad gentes. La charité ne connait pas de frontières religieuses.

Cum ecclesia

… nous sommes envoyés par l’Eglise d’origine dans une Eglise locale d’Asie pour annoncer avec elle le Christ sauveur et participer ainsi à sa croissance en un lieu particulier.

Les Constitutions MEP indiquent que la Société MEP met à disposition des Ordinaires des missionnaires appartenant à un groupe missionnaire MEP pour la formation de communautés chrétiennes et leur animation missionnaire, la formation des laïcs à leurs responsabilités, l’éveil de vocations sacerdotales et religieuses…

Se pose la question du sens de la présence des MEP au sein de ces Eglises. .. Il y a toujours en eux quelque chose d’étranger… La présence de l’étranger au sein de ces Eglises est signe et rappel d’ouverture. Ce signe garde sa valeur forte.

La Maison mère située à Paris participe à cet élan missionnaire en accueillant près de soixante prêtres étudiants originaires de l’Asie. Former des formateurs est devenu une composante majeure de la mission des MEP tout comme l’envoi d’une centaine de volontaires laïcs qui mettent leurs compétences au service d’un projet missionnaire.

 

Gilles Reithinger
Supérieur Général des MEP depuis 2016
(Extrait de l’article Les Missions Etrangères de Paris, paru dans le numéro de Spiritus, n° 225, Décembre 2016)

[1] Evangelii Gaudium &14