Témoignage de sœur Lucienne Razafindrasoa

Témoignage de soeur Lucienne Emilienne RAZAFINDRASOA - Amis de la Sagesse

Amis de la Sagesse et soeur Emilienne

Sœur, bonjour tu appartiens à une congrégation internationale qui compte environ 1300 membres répartis sur une vingtaine de pays. Vivre l’interculturalité fait partie de la vie même des communautés de la Sagesse.
Depuis quand es-tu en France ? Quelles découvertes ?

J’ai d’abord fait un premier séjour de trois ans à Saint Laurent sur Sèvres de 2009 à 2012. J’ai mis beaucoup de temps à répondre à ce premier appel mais chaque fois je résistais je ne me sentais pas bien, résonnait en moi l’appel fait à Abraham « Va vers… » J’ai finalement dit oui et suis arrivée en France. Je me suis sentie dépossédée, j’avais perdu mon travail, l’enseignement, perdu mes relations, j’étais loin de ma famille, de mes amis.

Cette expérience fut pour moi un chemin de vie ouvert à l’essentiel et à la liberté de suivre le Christ Sagesse qui m’aime et m’invite à aller plus loin et dépasser mes frontières.

J’ai vécu ce premier séjour dans une communauté internationale de six sœurs représentant quatre nationalités à la maison mère. La maison mère est un lieu de mémoire et la communauté internationale a une mission d’accueil : accueil des sœurs, accueil des visiteurs, des retraitants. Nous proposions aussi, nous mêmes, des animations. Entre sœurs, nous étions solidaires et motivées pour lancer cette aventure de la multi culturalité. Cette période a été importante pour moi, elle m’a permis de découvrir l’internationalité de la congrégation et l’universalité de l’Eglise.

Quitte ton pays.

Repartie à Madagascar en 2012, je me suis ensuite proposée pour repartir dans d’autres parties du monde. En 2014, Je suis envoyé dans le Nord de la France à Douchy-les Mines où j’ai vécu deux ans et demi. C’est une petite communauté vivant dans un appartement comme témoin de la présence de l’Eglise au milieu des gens. J’étais engagée en pastorale scolaire au Lycée la Sagesse de Valenciennes, à la paroisse et près du MEJ. J’accompagnais aussi des groupes de laïcs Amis de la Sagesse. Je me sentais bien, à l’aise dans la pastorale, dans mes relations en général. Au bout de deux ans et demi, j’ai reçu un autre appel : la congrégation décidait l’ouverture d’une communauté à Orléans et j’ai été appelée à faire partie de la nouvelle communauté. Je participe à l’animation pastorale scolaire dans un collège. Nous travaillons en équipe. Comme apprentie, je dois me laisser enseigner : comment travailler avec des jeunes de niveau collège. Cela me demande de l’humilité, de l’adaptation. Mais aussi c’est une joie pour moi d’accompagner les jeunes à grandir dans la foi. A travers moi, les jeunes s’ouvrent à des nouvelles dimensions.

Favorise l’échange et la rencontre

Témoignage de Soeur Lucienne Emilienne RAZAFINDRASOA - Départ pour Madagascar

Départ pour Madagascar

Dès avant mon arrivée, les établissements scolaires des Filles de la Sagesse de France se sentaient solidaire de Madagascar. Ma présence a rendu plus facile le partage. Nous avons par exemple proposé aux jeunes du Lycée la Sagesse de Valenciennes un voyage d’échange culturel franco-malgache. 6 filles et 2 professeurs sont allés à Madagascar. Riches de leur expérience, dès leur retour en France, ils organisent des actions de solidarité (exposition, vente des objets artisanats …) Depuis, les liens épistolaires demeurent. Des jeunes des établissements ‘La Sagesse’ en France et à Madagascar participent aux mêmes concours : concours de contes etc. Tout cela crée des liens.

Par ailleurs, je ne suis pas exclusivement insérée dans le monde scolaire, j’ai aussi trouvé ma place à la paroisse. Après avoir un temps de formation je participe à l’accueil des visiteurs à la cathédrale. Cela étonne quelquefois les visiteurs : ‘une malgache fait visiter la cathédrale’ mais dans l’Eglise il n’y a pas d’étrangers…

Lucienne Emilienne RAZAFINDRASOA