Vie contemplative féminine : venue de moniales étrangères en France ?

« Chercher le visage de Dieu » : la vie contemplative féminine. La venue de moniales étrangères en France ?

Le pape François vient de publier une Constitution apostolique sur la vie contemplative féminine : Vultum Dei quaerere, chercher le visage de Dieu. Ce type de document n’est publié que tous les 10 ou 20 ans. C’est dire que c’est un évènement pour les monastères contemplatifs féminins. Il y a environ 210 monastères contemplatifs féminins en France.

On trouvera un résumé de ce document et un commentaire sur le site du Service des moniales. Le service des moniales est un site spécialisé de la CORREF qui regroupe les religieux et religieuses de France.

Du document signé par le pape, on mettra en lumière ici deux points qui nous intéressent plus particulièrement, même s’ils ne constituent pas l’axe central du texte :

  1. Survie des monastères en France et venue de moniales étrangères ?
    Les monastères manifestent aussi la dimension internationale et multiculturelle de la vie chrétienne, et ils ont donc toute légitimité à accueillir en France des religieuses venues d’ailleurs. Le pape écrit cependant :  « … on doit absolument éviter le recrutement de candidates venant d’autres pays dans le seul but de préserver la survie du monastère » (Conclusion du document &6). La suite du document prévoit les procédures appropriées pour fermer un monastère. « Si les exigences ne sont pas remplies pour une réelle autonomie du monastère …. on constituera une commission ad hoc… une telle intervention aura comme objectif de mettre en route un processus d’accompagnement pour une revitalisation du monastère ou pour engager sa fermeture » (& 8.2).
  2. Travail en fédération.
    Les monastères sont invités à se regrouper en fédérations : non pas tant selon un critère de proximité géographique que selon des affinités d’esprit et de traditions. « Tous les monastères devront faire partie d’une fédération » (conclusion & 9.1). Ces fédérations de monastères auront en fait un rôle central à jouer pour les regroupements ou fermetures de monastères lorsque ces derniers ne recrutent plus assez de candidates pour permettre le seuil minimum de vie de prière, vie apostolique ou vie économique.

En plus des deux points évoqués ici, ce document constitue une belle méditation sur la vie contemplative féminine. On pourra s’approprier le texte en entier sur le site du Saint Siège.

Antoine Sondag (SNMUE)
7 octobre 2016