S’intégrer en France en partageant la vie de la communauté dominicaine d’Evry !

Le frère Jean-Claude Lavigne nous présente ici la très récente communauté de religieux dominicains qui vivent et travaillent à Evry. Communauté multiculturelle, un peu à l’image de la population de la ville et du diocèse. Et il fait une offre à des prêtres étrangers qui voudraient « s’intégrer » en France, mieux connaitre le pays et son Eglise, en partageant la vie d’une communauté dominicaine…

Evry compte 160 000 habitants. C’est une ville nouvelle de la banlieue sud (RER D) de Paris surtout célèbre pour son ancien maire (M. Vals) et sa cathédrale ; elle l’est aussi pour sa pagode (avec un Bouddha de 26m de haut), pour la recherche sur le génome humain et pour la prison de Fleury Mérogis, ville voisine. Vivre dans cette ville fait apparaitre bien d’autres richesses dans la multiculturalité, la diversité des religions et des parcours humains qui ont rassemblé dans ce lieu des populations venant de tous les continents. La population sri-lankaise et tamoul est importante, mêlée à celle de tous les pays d’Afrique, des Antilles, du Vietnam… Richesses mais aussi précarités, des familles monoparentales, des hommes et des femmes sans papiers, sans logement et sans travail. Les intentions de prières que nous recueillons à l’entrée de notre chapelle disent cette détresse en particulier des femmes.

C’est dans cette ville que nous avons choisi d’habiter et de constituer une communauté dominicaine à l’image des populations qui la composent. Nous sommes cinq pour l’instant : 2 vietnamiens, 2 français et un béninois. Nous sommes venus pour les hommes et les femmes de cette ville, pour prier avec eux, pour célébrer l’Eucharistie avec eux. Et ils sont de plus en plus nombreux à répondre positivement à nos propositions, non seulement de vie spirituelle mais aussi de formation théologique et biblique, de rencontres festives,  de recherches, d’accompagnement… Une solidarité réelle existe entre les gens et notre communauté même si nous ne sommes arrivés il y a seulement 9 mois.

Interieur Cathédrale EvryNous avons été très bien accueillis par Mgr Dubost l’évêque du lieu et par tout le presbyterium. Nous rendons des services ponctuels à qui en a besoin pour messes et confessions et nous nous sommes engagés au service du diocèse : l’un a en charge l’aumônerie universitaire et des jeunes, l’autre les équipes du Rosaire, le troisième la formation permanente, les autres encore la communauté chrétienne vietnamienne…

Evry a une population universitaire nombreuse : 16000 étudiants et nous habitons non seulement tout près de la gare du RER mais surtout de la bibliothèque universitaire, de l’IUT, des conservatoires, des facs…. Mais, et c’est là le défi pour nous, nous n’arrivons pas à proposer assez fortement l’Evangile à toute cette jeunesse très éloignée de la foi, malgré nos nombreuses activités.

La  communauté dominicaine

La  maison que nous occupons est grande ; nous recevons déjà comme hôtes de longue durée un prêtre et un séminariste ; nous envisageons de recevoir à la rentrée un autre prêtre étranger et des étudiants dans le cadre d’un foyer chrétien. Mais nous sommes ouverts à l’accueil d’autres prêtres ou religieux étrangers.

Il nous semble que notre communauté peut offrir un cadre de vie spirituelle (prière et liturgie) en plein cœur d’une ville moderne, globalisée et par là être un signe modeste de la présence de Dieu. Notre multiculturalité favorise le partage et l’accueil des singularités et des différences ; en cela elle redit que l’Eglise et la Bonne Nouvelle sont universelles. Notre localisation sur le campus universitaire est une chance pour accéder aux outils scientifiques, en particulier pour ceux qui voudraient travailler sur la bioéthique, sur l’articulation science et foi. Notre vie fraternelle simple peut être un vrai soutien, tant de la vie chrétienne que de la vie d’études.

Il ne s’agit pas ici de faire de la publicité ou du marketing mais d’offrir notre espace et notre manière d’être à ceux qui rechercheraient un tel appui pour être prêtre missionnaire ou étudiant en France.

Notre expérience, qui était aussi notre projet de départ, nous permet en plus d’offrir un sas entre la France et le pays du missionnaire. C’est un des thèmes de recherche du CRVR (centre de recherche sur la vie religieuse) que nous avons fondé dans le couvent.

Nous pensons qu’un séjour avec nous d’un mois à un an, avec l’accompagnement fraternel et notre style de vie, permet de réaliser une véritable inculturation, chemin incontournable pour celui qui vient en France. La société française est complexe (laïcité, démocratie…) et l’Eglise qui est en France s’insère de manière spécifique dans ce contexte de société. Ces réalités méritent d’être décodées et analysées avant de pouvoir exercer un ministère dans le pays. Outre le perfectionnement de la langue française, cette introduction progressive et accompagnée dans la pastorale et la liturgie du pays est un élément indispensable pour l’évangélisation et la mission.

Le vécu de notre communauté peut contribuer, peut-être, à mieux intégrer tous ceux qui veulent s’engager dans ce nouveau champ missionnaire pour une action commune.

Fr Jean Claude Lavigne op